Site Russe des académies
MEN
Accueil du site > Actualité culturelle > Actualités nationales > « La greffe de jouvence du Docteur Voronoff »

« La greffe de jouvence du Docteur Voronoff »

mercredi 18 février 2015, par Véronique NEVIERE

Sur France Culture dans l’émission « La fabrique de l’histoire »

Le 17 février 2015 :

« La greffe de jouvence du Docteur Voronoff »

dans le cadre d’une série d’émissions intitulée « Progrès ».

« Ce médecin, qui pratiquait des greffes de testicules de singe pour redonner fougue et vitalité à des hommes fatigués, a connu une célébrité planétaire. »

un documentaire de Olivier Chaumelle, réalisé par Véronique Samouiloff

"Ne nous y trompons pas, Serge Voronoff, même si son travail opiniâtre et hors-norme a suscité l’hilarité du corps médical et du monde, était aussi un chirurgien exceptionnel et un grand médecin humaniste.

Et il faut dire qu’on ne s’est pas esclaffé tout de suite de ses xénogreffes expérimentales. Pendant des années, la méthode Voronoff a suscité un engouement extraordinaire, et a fait école jusqu’à être pratiquée dans le monde entier. De très nombreux médecins ont assisté aux transplantations... Et beaucoup s’y sont soumis !

Serge Voronoff est né en 1866 en Russie. Ses études de médecine puis l’exercice de son art l’éloignent définitivement de la Russie. Il devient Français en 1895, et part pour l’Égypte où il prendra goût à la notoriété et aux honneurs. Il n’en revient qu’en 1910 et se passionne pour les greffes, dans toutes leurs combinaisons possibles.

Après avoir expérimenté les greffes de testicules d’un animal à l’autre, il se lance à grande échelle dans les xénogreffes sur l’être humain, à partir de 1920. Il s’agit d’introduire dans le scrotum d’un homme affaibli des lamelles de testicules de singe, dans le but de relancer, physiquement et intellectuellement, la machine fatiguée.

À l’en croire, il ne connaît aucun échec. Dans les observations qu’il publie, les améliorations obtenues, spectaculaires, paraissent dépasser ses propres espérances. Tel vieillard débilitant retrouve la vigueur sexuelle qu’il avait à trente ans et se met au tennis, tel ivrogne cesse de boire et se consacre avec talent à des travaux manuels et intellectuels.

Voronoff publie à l’appui de ses descriptions des photos sur le mode avant / après, qui sont très parlantes, bien qu’on les devine légèrement trafiquées.

Curieusement, cet homme qui bénéficie avant la deuxième guerre d’une célébrité planétaire, s’éteindra accidentellement en 1951, dans un oubli complet."

Avec :

Jean Réal, auteur de Voronoff. Stock 2001

Frédéric Augier, médecin, auteur d’une thèse sur Voronoff

Jean-Louis Fischer, embryologiste

Yan Walther, dramaturge

Textes lus par Nathalie Kanoui

* * * *

Pour écouter ou podcaster :

http://www.franceculture.fr/emission-la-fabrique-de-l-histoire-progres-24-la-greffe-de-jouvence-du-docteur-voronoff-2015-02-17

et

http://radiofrance-podcast.net/podcast09/rss_10076.xml

* * * *

Pour en savoir plus :

http://www.biusante.parisdescartes.fr/sfhm/hsm/HSMx1996x030x002/HSMx1996x030x002x0163.pdf

https://voronoff.wordpress.com/

Et bien sûr : « Coeur de chien » de Boulgakov.



Site Russe des académies
Directeur de publication : l'inspection de russe